OUEST FRANCE > Air pollué en Europe. 400 000 morts prématurés par an, alors qu'il y a des solutions 31/01/18

PRESSE I Interview pour Ouest France au lendemain de la convocation de la France au sommet de lutte contre la pollution par Bruxelles

La Commission européenne a laissé une dizaine de jours aux gouvernements de neuf pays de l’UE, dont la France, pour présenter des nouvelles mesures de lutte contre la pollution atmosphérique. Le rapport des Assises de la mobilité qui sera publié ce jeudi contient des pistes pour le ministère de Nicolas Hulot.

La pollution de l’air aux particules fines et au dioxyde d’azote diminue globalement sur le territoire de l’Union européenne, mais continue d’augmenter dans certaines villes. Le transport routier, dopé au diesel polluant depuis des décennies, est particulièrement visé. Les scandales à répétition, dont le dernier, des tests de gaz d’échappement sur des humains, accélèrent la prise de conscience sur cet enjeu sanitaire.

« Les solutions existent », nous assure Karima Delli, députée d’Europe Écologie Les Verts et présidente de la commission Transports, au parlement européen.

Que pensez-vous de la convocation des neuf ministres de l’Environnement, dont le Français Nicolas Hulot, à Bruxelles, mardi ?

La Commission donne, encore, une « deuxième chance ». Ce genre de procédures est utile, c’est un instrument politique pour forcer les États à agir. Mais dans les faits, cela fonctionne rarement.

La France a déjà été mise en demeure de réduire ses émissions polluantes, en 2009. Huit ans plus tard, le gouvernement est à nouveau convoqué. La commission a manqué de fermeté et laissé des États faire n’importe quoi. Il est temps de mettre fin au laxisme.

Le Dieselgate va-t-il servir d’alarme ?

La pollution atmosphérique, je le rappelle, c’est la catastrophe sanitaire du XXIe siècle : 400 000 morts prématurés par an sur le territoire de l’UE. En France, c’est 48 000 morts, en Allemagne 80 000. Respirer tue, quelle horrible chose.

Dans de nombreuses villes européennes, on observe des épisodes de smog, des pics de pollution quand il fait beau, et l’unique réponse des politiques serait de dire aux enfants, aux femmes enceintes et à toutes les personnes âgées ou fragiles : « Restez chez vous ». C’est un scandale.

Il est urgent que les États agissent et ils n’auront bientôt plus le choix. De plus en plus de citoyens, d’associations montent au créneau et se battent pour le droit à respirer un air sain. En France, on peut citer la plainte des Amis de la Terre devant le Conseil d’État, en 2015. Elle a abouti en juillet 2017. Le Conseil d’État a sommé le gouvernement à prendre des mesures pour faire baisser le seuil des émissions d’ici au 31 mars.

Le ministre de l’Environnement Nicolas Hulot ne paraissait inquiet après sa convocation, mardi. Son plan climat va-t-il dans le bon sens ?

Il y a une prise de conscience de l’enjeu sanitaire en France. C’est une bonne nouvelle et c’est en partie grâce à Nicolas Hulot. Son « Plan climat » comprend des mesures utiles comme l’alignement de la fiscalité du gazole sur l’essence, la sortie des moteurs thermiques en 2040.

Nous sortons aussi des Assises de la mobilité. Le rapport sera publié ce jeudi. Il devrait déboucher sur une nouvelle stratégie des transports, c’est ce que préconise le comité Duron dont j’ai fait partie. Il faut cesser d’investir toujours sur la route, comme nous l’avons fait depuis des décennies.

On va dans le bon sens, mais il manque encore à la France des grands outils, comme une fiscalité écolo. Il est temps de faire payer les véhicules polluants, nous sommes le rare pays européen à ne pas en avoir. Le rapport de jeudi proposera plusieurs pistes sur ce volet.

Le transport a longtemps été le grand oublié des politiques climatiques, alors que c’est le quotidien des gens. Sans transport, vous n’avez pas de mobilité.

Quelles actions au niveau européen ?

La commission Transports du parlement européen, que je préside, proposera une « Eurovignette », une sorte de redevance pour les poids lourds polluants qui sera harmonisée à l’échelle de l’UE. Nous travaillons aussi sur la reconversion du parc automobile, vers de l’électrique alimenté par des énergies entièrement renouvelables.

Le parlement européen étudie actuellement notre rapport pour une adoption que l’on espère en juin-juillet. On entrera ensuite en négociations avec le Conseil et les chefs d’États.

https://www.ouest-france.fr/environnement/pollution/air-pollue-en-europe-400-000-morts-prematures-par-alors-qu-il-y-des-solutions-5535924

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be