LE PARISIEN > Le Parlement européen se prononce pour l’abandon du changement d’heure 09/02/18

PRESSE I Article du Parisien sur le changement d'heure

Une résolution du Parlement européen adoptée ce jeudi pourrait aboutir, à terme, à l’abandon définitif du changement d’heure en France et dans le reste de l’Union européenne.

Avancer d’une heure au printemps, reculer d’une à l’automne… Ce rituel immuable du changement d’heure -en vigueur en France depuis des décennies- et le sempiternel débat qui l’accompagne sont peut-être révolus. Le Parlement européen a en effet adopté jeudi midi une résolution visant à mettre fin au changement d’heure, présentée par l’eurodéputée française Karima Delli (Verts/ALE), présidente de la commission des Transports. 384 députés ont voté pour, 153 se sont prononcés contre et 12 parlementaires se sont abstenus. Un amendement en faveur de nouvelles études sur l’impact du changement d’heure a également été adopté.

« On savait que plusieurs pays du Nord étaient favorables à l’abandon du changement d’heure. Avec ce vote, on sait que l’adhésion à cette résolution, qui comporte de très nombreux enjeux en matière de sécurité routière ou de santé, est encore plus large », se réjouit-on dans l’entourage de Karima Delli.

Concrètement, l’Hexagone resterait à l’heure GMT + 1 toute l’année (contre GMT + 1 en hiver et GMT + 2 en été aujourd’hui).

C’est en 1916, dans le sillage de l’Allemagne, que la France adopte ce passage à l’heure d’été, afin de lutter contre le « gaspillage de la lumière ». Finalement abandonné en 1945, le changement d’heure est de retour dans l’Hexagone depuis 1976. A l’époque, il s’agissait, trois ans après le choc pétrolier, de faire coïncider les horaires de travail avec l’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel et ainsi réaliser à encore des économies d’énergie.

Aujourd’hui, certains affirment que l’heure d’été aurait toujours un impact économique favorable, notamment sur le plan commercial. Restaurants ou cafés « gagneraient » une heure d’éclairage public le soir puisque l’heure est « avancée ». Et comme l’ensoleillement naturel dure plus longtemps les commerces feraient des économies d’électricité et les clients s’attarderaient en terrasse grâce au soleil. Mais aucune étude concrète ne vient confirmer ces assertions.

Accidents de la route et AVC plus nombreux

A l’inverse, d’aucuns estiment que le changement d’heure est une pratique surannée, qui non seulement a perdu son intérêt initial, mais qui en plus comporte de nombreux effets pervers, aux antipodes de ceux visés initialement. « De nombreuses études scientifiques […] n’ont fourni aucune preuve de l’existence d’effets positifs du changement d’heure semestriel, mais ont en revanche indiqué l’existence d’effets négatifs sur la santé des êtres humains, l’agriculture et la sécurité routière […] et un certain nombre d’initiatives citoyennes mettent en lumière les inquiétudes des citoyens en ce qui concerne le changement d’heure semestriel », précise la résolution qui demande la fin du changement d’heure semestriel.

Les chronobiologistes semblent donner raison aux pourfendeurs du changement d’heure, expliquant que ce décalage brutal a un impact physique et mental. Bon nombre d’études démontrent l’augmentation du stress, de la fatigue, des troubles du sommeil et de l’alimentation pendant cette période. Par ailleurs, chaque année, les jours suivant le changement d’heure enregistrent un pic d’accidentalité de + 40 % pour les piétons en fin de journée, selon le site de la sécurité routière.

Quant à l’Association pour un éclairage responsable AEF, elle parle d’une « augmentation des suicides et des infarctus du myocarde ». Après dix ans d’observations dans des hôpitaux, des chercheurs finlandais de l’Université de Turku ont en effet découvert que le taux d’accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique augmentait de 8 % pendant les deux jours qui suivent ce changement de rythme.

La route est encore longue avant l’abandon définitif du changement d’heure. La commission européenne va devoir lancer des études d’impacts avant de trancher. Puis ce sera au tour des différents pays d’accepter ou non de renoncer à l’heure d’été. Seule certitude, quelle que soit l’avancée des débats : le 25 mars 2018, en France, tout le monde devra, comme d’habitude, changer d’heure. Reste à savoir si ce sera la dernière fois…

http://www.leparisien.fr/societe/et-si-l-europe-enterrait-definitivement-le-changement-d-heure-08-02-2018-7547742.php

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be