19/06/2020

Bien-être animal : Karima Delli se félicite de la création d’un comité d’enquête pour faire la lumière sur les fréquentes infractions commises lors des transports.


Le 19 juin 2020, le Parlement européen réuni en assemblée plénière a voté en faveur de la création d’un comité d’enquête chargé d’examiner les allégations d’infraction et de mauvaise administration dans l’application du droit de l’Union en ce qui concerne la protection des animaux pendant le transport, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Union. Cette proposition faisait suite à la mobilisation des écologistes et de la campagne citoyenne #StopTheTrucks pour dénoncer les conditions de transports dramatiques des animaux.

« Chaque année, ce sont près d’un milliard de volailles et 37 millions de bovins, cochons, moutons, chèvres et équidés qui sont transportés vivants à l’intérieur de l’Union européenne ou vers des pays tiers. Les animaux sont fréquemment transportés sur des milliers de kilomètres. Ces trajets peuvent durer plusieurs jours et on les retrouve bien souvent déshydratés et malades à l’arrivée. » rappelle Karima Delli, la présidente de la commission « transport et tourisme » au Parlement européen.

« En matière de bien-être animal, il existe déjà des règles précises au sein de l’Union. Il s’agit de les faire respecter et de voir comment elles pourraient être améliorées. C’est pourquoi, en tant qu’écologistes, nous serons particulièrement attentifs à ce que soient examinés la durée des voyages, la présence de ventilation, l’état de santé des animaux avant leur embarquement ou encore le degré de sevrage des petits » détaille l’eurodéputée.

« Les pratiques de transport effroyables mises en évidence dans des pays tiers sont préoccupantes non seulement du point de vue du bien-être animal, mais aussi sur le plan de la sécurité alimentaire et de la santé publique. La pandémie qui vient de paralyser le monde tire son origine dans les marchés où animaux et viandes sont concentrés dans des espaces insalubres. Cette question est donc primordiale si l’on veut enrayer de futurs foyers épidémiologiques» conclut-elle.

Rendez-vous dans 12 mois pour prendre connaissance du rapport final.