21/04/2020

Tourisme : Nous saluons une ambition commune et la volonté de redessiner le secteur le plus touché par la crise du Covid-19


Ce mardi 21 avril, les eurodéputé(e)s de la commission des transports et du tourisme du Parlement européen recevaient le commissaire Thierry Breton.

Pendant son audition, le commissaire du marché intérieur a développé un discours sur le tourisme, secteur le plus économiquement affecté par la crise du Covid-19 et répondu aux questions des eurodéputé(e)s. Si la résilience et la relance ont été au cœur du débat, la réinvention d’une stratégie respectueuse de l’environnement est apparue comme une priorité partagée par la Commission et le Parlement. Thierry Breton a par ailleurs annoncé la mise en place d’un sommet européen sur le tourisme durable à la rentrée.

« Le tourisme va être une des principales victimes de cette crise. Avec quelques 27,5 millions de salarié(e)s, ce secteur représente aujourd’hui 12% de l’emploi dans l’Union européenne et concerne largement des travailleurs précaires, parfois même non déclarés » a rappelé Karima Delli, présidente de la commission « transports et tourisme » du Parlement européen, en insistant sur l’urgence de soutenir les travailleurs et les structures les plus fragiles.

Sur les échanges avec le commissaire, elle salue une ambition commune et la volonté de redessiner le secteur le plus affecté par la crise du Covid-19. « Car il n’est pas seulement question de coordination européenne pour relancer une activité économique, il s’agit surtout de réinventer le tourisme de demain : un tourisme au cœur des objectifs du Green Deal, recentré sur le respect de l’environnement et la qualité des expériences, un tourisme vertueux à même de répondre aux enjeux locaux au lieu de détériorer leurs écosystèmes. Cette crise a dramatiquement illustré le lien entre les menaces qui pèsent sur la biodiversité et notre propre santé. Il est urgent d’inverser la tendance ».

« La mue numérique du tourisme est également un sujet d’importance » souligne l’eurodéputée. « La volonté du commissaire de responsabiliser les plateformes est un bon signal qui répond à nos préoccupations. » Dans un contexte où le secteur est soumis aux risques de prédation économique, Karima Delli rappelle qu’il « est aussi impératif de protéger les professionnels européens des stratégies d’investissement agressives émanant de concurrents loin de partager nos objectifs durables ».

Enfin, l’eurodéputée accueille favorablement l’annonce de l’organisation d’un sommet européen sur le tourisme durable à la rentrée : « Je pense que la première étape est de définir le tourisme durable avec des critères clés et mettre en œuvre une réelle stratégie ! ».